Statut d’aidant familial : quels avantages fiscaux ?

Affronter les problèmes de la vie chaque jour peut être assez difficile. Cela est particulièrement vrai pour les personnes en fin de vie ou encore ceux qui sont handicapés. Aider ces personnes est la vocation de bon nombre de citoyens. C’est dans ce contexte précis que le terme « aidant familial » a vu le jour. De plus en plus populaire dans bon nombre de pays, ce travail reste cependant méconnu par bon nombre de personnes. Découvrir les avantages d’un aidant familial est de ce fait important.

Au niveau de la fiscalité

Avant tout, un aidant familial est un statut accordé à un membre de la famille qui s’est dévoué pour s’occuper sans recevoir de rémunération d’une personne en fin de vie ou encore d’un handicapé. En ce moment, plusieurs avantages peuvent cependant être accordés à une personne de ce genre. Les aides au niveau fiscales figurent parmi les plus importants. Dans cet ordre, ce dernier peut bénéficier d’un crédit d’impôt de 50% s’ils engagent une aide à domicile ou encore d’une déduction forfaitaire si elle accueille une personne qui a plus de 75 ans. Aussi, un aidant familial peut aussi avoir une réduction de 25% d’impôt dans le cas ou il installe divers équipements de sécurités dans la maison de la personne aidée.

Divers congés

Un aidant familial peut également bénéficier de plusieurs sortes de congés au cours de sa vie. Parmi eux, le droit au répit. Le but est de faire une pause et décompresser au maximum. Dans le même but, un aidant qui s’occupe d’une personne en fin de vie peut également bénéficier d’un congé solidarité familiale. Ce dernier peut durant jusqu’à trois mois dans la plupart des cas. Actuellement, un salarié classique peut également bénéficier d’un congé proche aidant dans le cas où un membre de sa famille serait devenu handicapé suite à un accident. Cette dernière ne doit néanmoins pas dépasser 1 an durant toute la carrière du salarié.

Assurance et droit à la formation

Une personne qui a décidé de devenir aidant familial peut également bénéficier de formations diverses pour subvenir aux besoins de la personne dont elle s’occupe. Cela concerne notamment les gestes de premiers secours, l’accompagnement psychologique, les gestes du quotidien ou encore les soins corporels en général. Aussi, une personne de ce genre peut par ailleurs bénéficier d’une affiliation à l’assurance vieillesse gratuitement. Il doit néanmoins avoir à sa charge un adulte qui souffre d’une perte d’autonomie. Enfin, sachez qu’un aidant familial a un droit à la retraite. Et ce, sans avoir à verser systématiquement de cotisations.

Impayé : quelles sont les saisies réalisables par un huissier ?
Grand-parents : comment demander un droit de visite pour ses petits-enfants ?